Consultant RH
Développement Organisationnel & Rétention
Services Ressources Humaines
Diagnostic Organisationnel
Planification Stratégique
Gestion Ressources Humaines
Gestion Ressources Humaines
Formation et Coaching
Impartition RH
Services Ressources Humaines
 
Services Ressources Humaines
Services Ressources Humaines
 
Ressources Humaines Gestion des Ressources Humaines
Presse RH & Rétention Main-d'Oeuvres
Bulletins Mitra RH
Articles Mitra Lac à l'Épaule
Nouvelles Mitra RH
Articles Ressources Humaines
 
Avril 2010, Vol 4, numéro 2
Prévoir la relève dans les PME familiales, un besoin urgent
 

Au Québec, 80 % des entreprises sont familiales, 70 % des dirigeants de ces PME prendront leur retraite d'ici 10 ans et seulement 44 % d'entre eux ont un plan de relève. Il est primordial, pour ces entrepreneurs, d'entreprendre une démarche de planification de leur relève dès maintenant, non seulement pour préserver le patrimoine familial si tel est le cas, mais aussi pour maintenir le niveau d'emploi au Québec puisque 55 % de tous les salaires proviennent des PME familiales.

Plusieurs entreprises familiales disparaissent chaque année parce qu’elles ne se sont pas suffisamment préparées au transfert de leur entreprise. Une entreprise réussira mieux la gestion de sa relève si elle la perçoit comme une démarche à long terme plutôt qu’une action précipitée sans planification.

Les aspects techniques, financiers, légaux et fiscaux sont relativement simples. Ce qui est plus complexe c’est la gestion de l’aspect humain. Ce n’est pas évident pour le propriétaire de se départir du statut, des ressources financières, de l’environnement social et du sentiment d’utilité que lui procure son entreprise.

Plusieurs facteurs expliquent que certains dirigeants n’ont pas encore débuté leur processus de relève. En voici quelques-uns :

·      Crainte que l’harmonie familiale soit affectée

·      Peur de la mort

·      Perte des activités reliées au travail

·      Désir de rester jeune

·      Doute des compétences de gestion de la relève

·      Crainte que les décisions de la relève entraînent des tensions au sein de la famille

·      Crainte que la réputation de l’entreprise se détériore

·      Peur des pertes d’argent

 

Dans une démarche de relève, c’est important de bien identifier les craintes de chacun, d’en discuter ouvertement et ainsi, être en mesure de mieux définir les besoins des cédants et des successeurs. Chaque étape de la planification de la relève est importante et doit être effectuée avec beaucoup de discipline. Des plans d’action concrets doivent être réalisés et les responsables assignés doivent respecter les échéanciers établis.

 

Les entreprises familiales devront affronter des défis de taille lors du transfert de l’entreprise. La relève et les cédants devront être doublement prudents et prévoir des actions pour affronter ces défis. Une réflexion sérieuse devra donc être amorcée sur les défis suivants :

 

·      Être le patron des membres de la famille

·      Garder l'harmonie dans la famille

·      Être équitable envers les autres membres de la famille

·      Se donner des structures de décision dans la famille

·      Déterminer la place des conjoints dans la propriété et la gestion de l'entreprise

 

En conclusion, sachez que malgré les défis familiaux à relever, les transferts familiaux sont souvent ceux qui réussissent le mieux.

 

Cas vécu

 

Madame Tremblay adore cuisiner. Après la naissance de son cadet, elle a suivi un cours en cuisine et a commencé à offrir ses services pour confectionner des gâteaux à l’occasion des célébrations des parents et des amis puis, plus tard, elle a lancé son service de traiteur et a élargi sa clientèle. Les clients s’accordent tous pour dire que madame Tremblay offre un service de qualité et ses plats sont toujours irréprochables. L’entreprise a connu une croissance incroyable ces dix dernières années. Madame Tremblay est plus épuisée et elle ne récent plus la même énergie qu’auparavant. Elle pense à sa relève, mais le sujet demeure délicat. Il a toujours été convenu que ce serait Mélanie, sa fille aînée, qui reprendrait l’entreprise. Celle-ci a terminé ses études en administration et travaille depuis, à temps plein dans l’entreprise familiale. Mélanie questionne souvent sa mère au sujet du transfert de l’entreprise, mais madame Tremblay éprouve une résistance à entamer les démarches. Principalement, elle a peur de perdre la réputation qu’elle a mis tant de temps à bâtir, elle craint que sa fille ne soit pas à la hauteur. Lors d’une discussion sur le sujet, madame Tremblay et sa fille ont décidé d’avoir recours aux services d’une consultante pour les aider à planifier leur relève. Déjà, suite à leur première rencontre avec la consultante, madame Tremblay se sentait plus rassurée de l’appui et du soutien qu’elles recevront dans la réalisation de leur démarche de transfert. Elle a aussi compris la nécessité de prévoir un processus à long terme pour bien planifier la relève de son entreprise. De son côté, Mélanie est très motivée d’établir des plans d’action avec des objectifs concrets, car de cette façon, elle voit que son désir d’acquisition devient réalité.

Pour en apprendre davantage sur le processus de relève, consulter la démarche de soutien à la relève entrepreneuriale de MITRA.

 

L’équité salariale, ça pourrait vous coûter cher

 

Peu d'entreprises ont pris au sérieux l'importance d'établir l'équité salariale malgré les avis de la Commission de l'équité salariale. En 1997, 45 000 entreprises devaient réaliser un exercice d'équité salariale. En 2006, seulement une entreprise sur deux l'avait faire. La loi sur l'équité salariale prévoit que toutes les entreprises assujetties de 10 salariés et plus doivent s'y conformer avant le 31 décembre 2010. Les entreprises doivent tenir compte de ce que ça coûte en équité salariale, en rétroactivité, en réunion et autres.

 

Alors, évitez d'avoir en plus à payer une amende. En effet, à compter du 1er janvier 2011, si un employé émet une plainte, vous devrez payer une pénalité. Entreprenez sans tarder une démarche d'équité salariale

 

Le Web 2.0 au travail

Le Web 2.0 c’est le terme utilisé pour désigner l’ensemble des réseaux sociaux (MySpace, Linkedln, twitter, facebook, etc.). Le but est de coopérer avec plusieurs individus pour répondre aux besoins de l’entreprise : se réunir à distance, échanger de l’information, planifier, partager des documents, produire à plusieurs, recruter du personnel, faire de la publicité, etc. L’utilisation du Web 2.0 comporte plusieurs avantages de part et d’autre. Pour l’entreprise, on note une amélioration de l’efficacité et de la rapidité de la collaboration, une volonté de réduire la consommation de papier, l’efficacité des projets, le maintien du réseau de contacts, la facilité de recrutement, etc. Pour l’utilisateur, notamment la génération Y, l’accès au Web peut avoir un impact sur leur bien-être et leur satisfaction au travail. Les Y ont grandi devant l'écran des ordinateurs, c’est leurs moyens de communiquer et d’apprendre. Alors que les générations précédentes vont à la bibliothèque et font des photocopies qu’ils ramènent au travail, les Y réclament des outils plus performants et ils s’attendent à avoir accès, au travail, aux mêmes outils qu’ils utilisent à la maison et à l’école. Donc, les dirigeants d’entreprise qui ne s’adapteront pas à cette nouvelle réalité perdront un avantage concurrentiel majeur dans la rétention et l’attraction de la main-d’œuvre qualifiée. En conclusion, pourquoi leur interdire l’accès aux réseaux sociaux? Les employés qui perdraient leurs temps le feraient d’une manière ou d’une autre.

 

« Retour à tous les bulletins

  Diagnostic organisationnel  |  Planification stratégique  |  Ressources humaines  |  Formation et coaching  |  Impartition  | Gestion de la relève
Accueil  |  Notre entreprise  |  Notre équipe  |  Nos références  | Boîte à outils  |  F. A. Q.  |  Liens utiles  |  Contactez-nous  | Acces sécurisé

Conçu et propulsé par Création de sites Internet Anekdotes
 
Consultant RH